Let's just say maybe

Du sens.

Ecris quelque chose qui a du sens ! Du sens ! du sens !

Last time i was happy.

And i wanted to share it with you.

Last time i was happy.And you were the only person i wanted to talk to.

If you ask me why ?

I ouldn’t be able to tell you why.

Maybe it was the souvenirs.

Maybe it got me that way.

I remember that, once i love you.

I can’t really describe it anymore.

You kno ? How it was.

But i still can help but write about it.

Last night i had a dream about you.

Didn’t remind of why i used to love you.

Why  i love you.

It just made me see the things from an another side.

Sexual side.

Never ever really tought about you in that way.

Never ever really tought about us in that way.

But last night i had a dream.

And that dream was amazing.

It remind me of that one dream i had once.

Were i kissed that one girl (whom i don’t even know).

That kiss was everything. Really.

That dream with you, i think, was the real beginning of what should’ve happened before that kiss.

Because the way you ….

Even though we didn’t really do nothing.

The simple fact you wanted me at this very precise moment.

That simple fact, was the biggest turn on.

I could have done you so many things.

Not in a bestial way or anything.

The sweetest ones.

Because…

Here i am.

Writing again about you.

While i said ‘ i used to love you’.

Used ?

Maybe i just still love you .

Maybe i love you even more.

I don’t. My heart doesn’t agree on that last sentence.

So i don’t.

BUT.

I still love you. Not as i used to. That’s for sure.

In an another way.

Im talking bullshit.

You want me ? That’s the only thing that i want.

Yeh, even though i don’t love you anymore ?

Is that bieng selfish?

Is that wanting a sort of revenge ?

You know ? all this emotions you made me go through.

Love, « hate », angryness, desapointement, Happiness, sadness…

The struggle. The mess.

I don’t wish this to anyone.

But some kind of way, i hope one day you’ll feel it too.

So you understand waht it was like.

Almost hell.

But i still do. I still do love you.

Less, less and less everyday.

But you wanting me? yes.

 

Last time i was happy.

I wanted to share it with you.

I wanted to share it with you.

I wanted to share it with you.

I wanted to share all of this with you.

I wanted to share that emotions with you.

While you’re not the only one anymore.

Habits?

Am i trying to hang on to you ?

Because you represented the only thing which really aboslutely mattered during 19months ?

Every single day?

Every single week?

Every single month?

Everytime. Absolutely.

If i loose that, if i loose that feeling will i be able to find it again?

Will i be able to find someonle like you?

Will i be able to fall in love?

Yeh, it was a kind of hell.

Going through all that feelings………………………………….

Yeh it was kind of hell.

But at the end of the day, iwas still there.

Loving you like crazy.

You made me feel some crazy shits.

Ups and downs.

It was all because of you.

You owned me.

Literally.

It was beautifully awful.

I wished to never meet someone like you in my future life.

But then again, i wish the straight opposite.

Because it could be the best thing to live.

All that. All that worth it.

Im convinced.

Love comes with sadness.

Love comes with heartbreaks.

Love comes with angryness.

Love comes with so many bad things.

You don’t love yourself. You don’t fall in love with yourself.

Fact is that someone who’s not you will always desapoint you. Hurt you.

And it touches you even harder when it is the person. THE person.

It’s inevitable.

However.

Love comes with happiness.

Loves comes with laughters.

Loves comes with desire.

Love comes with joy.

Love comes with assistance.

Love comes with company.

Loves comes with all that great things.

Yes, Love comes with the both sides.

But it all worth it.

10 days of sadness are evaporate by 1 second of happiness.

So yeh, it all worth it.

you worth it.

You just wasn’t the one for me.

Or were you?

It is just the begining.

Let’s wait.

But i don’t love you anymore. So im not waiting or wanting anything anymore.

That just don’t make sense.

 

I wanted to share my emotions with you.

I realised it was because you were that one scar.

Past. Past. Past. Past. Past.

I realised it was because you were the only one which used to make me the happiest.

Well, imagine if i was already happy and that you still could made me happier.

Happiness is a drug ? Happiness is what we looking for ?

You were my kind of happiness.

The souvenir of you being my kind of happiness brang me to you that day.

But that’s it. A souvenir.

I realised you were official not my wonderwall anymore.

The process of acceptation being not in love with you is less painful than the process of accpetation of me being in love with you.

Normal ? i think so too.

 

 

898 words just for you.

I created this because of you in the first place. So im not surprised.

It’s like i’ll always have something to say about you.

It’s like somehow, you’ll always inspire me.

But im starting to question myself.

Is that you or the image i have of you ?

Two different things.

I saw your pic. A recent one.

I found you unfortunately weirdly not pretty.

Love makes you blind. The kind of love i had for you would have made you blind.

I would have found you the most beautiful flower in this entire globe.

I was not blind. Or just realistic.

Im not saying my love was based on your physic.

No. Absolutely not.

But, i used to found you beyond beauty.

Yeh. I remember now.

But that was just awkward.

Yeh, i know. It was just a photo. Don’t make a fuss about a photo. Wait.

You don’t understand. Everything about you was perfection.

Now it isn’t.

 

I used to love you.

I never wanted you.

I don’t love you anymore.

I want you. I will get you.

Just wait.

Again, don’t get me wrong.

I want you and ill make you feel wanted.

Im not a fuckboy.

Trust me.

Trust me when i say i want you.

You might be the only one i trully want.

That’s it.

I found it !

I want you now.

That’s the expression to qualify what i feel now for you.

You never completely forget someone you outrageously loved.

I want you. And being in control. I want to try you.

I want.

 

 

I believe writing is the best thing ever. Really.

 

 

 

 

That dream tho. Simple but effective.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22 avril, 2015 à 16 h 43 min | Commentaires (0) | Permalien


no name

Une idee. J’avais une idee. Je voulais ecrire. Le faire sortir de moi.

Se confier a des personnes sans profondeur, belle erreur.

Je parlais effectivement de comment je me sentais seule, blablabla, des conneries de la sorte. Dans ces moments la, tu attends un petit speech intelligent et reconfortant, pas des ‘mdr’ ‘j’ai pas tout compris’. Helas. Le pire ? Je m’y attendais, mais j’avais espoir que ma conclusion soit erronee. Helas.

Je me sentais vraiment mal. Je me sentais seule.

Je me rend compte que je n’ai pas reellement agit pour le meilleur. Je me suis laissee portee par mes pulsions et ma curiosite, ainsi que par mon imagination. Si je m’etais concentree seulement sur la seule personne qui comptait, je ne serai pas la, a me sentir conne de tout ca. Ce pendant si je m’etais concentree seulement sur la seule personne qui comptait, je n’aurai pas ete dans cette bonne situaton scolaire. Enfin, bon, je ne le saurai certainement jamais.

Se defaire petit a petit de ce qui te donnait ton souffle. De ce que pouvait te rendre le plus heureux mais aussi le plus triste. C’est ce qui m’arrive ? ou pas. Parce que peu importe les situations, ou les periodes, je me retrouve toujours a penser a ce coeur. Certes moins intensement, avec plus de maitrise, moins d’envie, moins de tout ce qui me faisait trembler, vibrer, contentait, etc. Ce n’est plus la meme chose. Mais ce sentiment est toujours la.

Je me sens seule et je veux une personne qui me fasse etre dans cet etat encore. Je veux une personne comme et je veux que cette fois ci, elle m’aime en retour.

Le gros probleme en fait. J’ai besoin d’amour. Oui. D’affection, de tendresse, de blagues, de sarcasme, de complicite, d’amour et de tout ce que ca englobe. Et puisque je n;ai ete amoureuse qu’une seule fois, j’ai tendance a identifier ce que je veux a cet ancien amour. Il y avait tout ca. Mais il manquait « le romantisme ». Ce n’etais pas complet.

J’aimais surtout le challenge. Ce n’etais jamais facile. Cependant j’adorais ca. Je l’adorerai. Tout ce qui la faisait, tout. Tout. Je ne ressens plus la meme chose. Mais je m’accroche a cette petite lueur d’amour qui pend encore a mon coeur, parce que quand je me sens seule comme dans ces moments je peux essayer a penser l’amour. Ca me rechauffe un peu et s’il disparait completement, je me retrouve vide. Je ne veux pas me retrouver vide. J’attends un subsitue, comme ca je pourrai totalement lacher prise.

C’est plat. C’est bizarre. Je n’ai plus la meme hate a lui parler. Je ne ressens plus ce besoin. Je ne suis plus amoureuse. Ca a ete une experience. Quelle experience.

Je me perds un peu. Je vais dans tous les sens.

Ne pas etre seule. Avoir une presence qui constamment est la pour te rappeler que tu es aimee d’une maniere romantique bien sur. J’ai deja assez d’amis comme ca.

Ce n’est pas non plus une bonne idee de trop compter sur les personnes exterieurs pour te rendre heureuse. Quoi que ce n’est pas totalement grace a eux mais une partie. Cet amour me completera.

L’annee prochaine. Je ne cesse de me le repeter, l’annee prochaine. Nouvelles personnes, nouvel environnement, toute seule, nouvelle partie de ma vie, nouveau commencement, nouveaux departs. Je ne ferai pas n’importe quoi. Je serai patiente, ce qui arrivera arrivera.

Ces pulsions doivent cesser. Je n’aime pas ca. Je me prends moi meme pour une conne. C’est triste.

 

 

 

rester calme et tranquille. Ne plus s’emballer avec n’importe qui. Je pense garder ce cercle restreint d’avant cette annee en y ajoutant peut-etre des personnes intelligente, capable de reflechir, drole et qui n’aime pas les faux problemes. Je ne l’y admettrait donc pas.

C’est dommage de constater que la seule raison qui m’a poussee a devenir son amie est sa difference. Ce n’etais pas une bonne raison. Je suis lasse de tout ca . C’est probablement aussi son cas. Je ne pense pas garder contact avec. Ca ne servirait a rien. Ca ne me servirait a rien.

Apres je raconte peut etre ma vie. « Je ne suis pas devin » comme elle dirait. Par contre, elle je la veux comme amie. Simple et posee, calme et reflechit. Intelligente et cultivee. Oui. Definitivement.

Good vibes only yeh ?

 

Le mot-cle ici : Amour.

Bouh, ma vie jusque la ne se resume qu’a ca. Aimer et etre aimer. C’est triste. J’espere que ca changera d’ici peu. L’amour me tombera tres certainement dessus. Il ne me reste plus que la patience et la confiance.

 

 

 

 

 

 

Je me sens mieux.

Dans ces moments, tu ne relis jamais ce que tu as ecris. Pas avant peut-etre quelques mois. J’ecris pour me vider. Pour mettre sur papier ce que je veux oublier. Pour m’apaiser et pour m’alleger.

(Clavier qwerty donc faire les accents c’est un autre travail que je ne considere pas ici.)

 

D’Angelo helped me through this.

18 avril, 2015 à 23 h 07 min | Commentaires (0) | Permalien


Je refuse

Pourquoi est ce que je paierais pour les erreurs des autres ? je n’ai pas a faire ça, je n’ai pas a continuer cela. Je pensais être ton amie et en tant que telle, tu avais quand même quelques « devoirs » envers moi. Tu étais sensé faire le minimum, et rien que parce que tu est/étais mon amie tu devais en faire plus. Je ne vais pas te forcer à faire quoi que se soit, la vie c’est un choix, par conséquent tu es celui qui décide, je n’ai pas à faire ni prendre tes choix. Si tu prends les mauvais, tu en subiras les conséquences et tu me perdras dans la tempête.
Je suis fatiguée d’avoir ce sentiment d’être à porter de main, de courir derrière toi. Que se soit clair, je ne cours derrière personne, mais comme je t’aime et que je tenais absolument à ce que cette relation marche, je faisais tout pour. Quand les efforts ne sont pas récompensés, à force on lâche prise.
Tu es sans doute la relation la plus dégradante (du coté de mon ego) et compliqué que je n’ai jamais eu. Je ne sais toujours pas pourquoi je tiens a toi , je ne sais toujours pas pourquoi j’ai envie de tenir  toi, mais ce que je sais c’est que je le sens venir, ce moment où tout va juste s’arrêter et où je vais choisir de prendre une route totalement séparée de la tienne. Ce moment où je vais juste m’en foutre de ce manque d’investissement et te tourner le dos. Je ne sais pas si je suis quelque chose de positif pour toi, mais tu ne l’es clairement pas pour moi . Mais je continue de t’apprécier . Et malgré ça tu ne peux pas te dire a un moment donné qu’il serait temps de changer.
Je suis fatiguée de tout ça, et même si tu fais cette promesse d’un future investissement, je ne sais plus si j’en ai envie. Je ne sais plus si j’ai envie d’être ton amie, d’être cette amie. Bien que je t’aime beaucoup, je ne peux plus compter continuer. J’ai vraiment l’impression que je devrais juste tout arrêter, mais cette petite voix et mon cœur me disent « sois patiente, ce n’est que le début, il  aura du changement, ça va s’améliorer. Si tu stoppes tout, tu pourrais le regretter », mais ma raison et mon esprit sont lassés. Lassés de toi et de ton comportement.
Cette peur insurmontable, j’ai bien peur qu tu ne prennes trop de temps à la surmonter, et même si je peux t’aider, j’ai l’impression que j’en ai déjà trop fait, et ce trop là tu ne l’as même pas pris en considération, alors je ne vois pas pourquoi cette fois ci tout ce que je t’ai dit te motiverait plus. Si tu continues ainsi, tu ne trouveras jamais personne qui sera prêt a totalement te « porter », te soutenir, à s’investir, et tu te retrouveras seul, sans attaches, alors que tu m’avais moi, et si moi tu arrives a me faire renoncer…
Si j’arrivais a t’oublier, ce serait bien. Ne me fais pas souhaiter de ne t’avoir jamais rencontré… Je n’aime pas l’état dans lequel tu me mets, je trouve ça absurde. Mais bon en toi j’avais vu une réelle amitié, et je réalise juste que je m’accroche à cette utopie depuis trop longtemps déjà.
Je n’attendrai plus rien de toi, plus rien . Si tu veux changer c’est tant mieux, là peut-être que cette idée de m’éloigner de toi partira, mais si tu ne fais rien ou le strict minimum, tu me feras lâcher prise. Je lâcherai prise.
Je n’ai plus envie d’être déçue. 
8 juillet, 2014 à 11 h 16 min | Commentaires (0) | Permalien


Questions

 

 

Jean-Pierre Monange

Jean-Pierre Monange

 

Il n’y a rien que je puisse dire pour soulever ce monde ?

Projet très ambitieux. Il faudrait d’abord savoir ce que je voudrais dire par « soulever le monde », savoir vraiment ce que je veux, qui je suis. Ensuite comment s’y prendre, les étapes, avoir des convictions inébranlables, une confiance en soi certaine et un charisme défiant les limites. Enfin, mettre en application le plan. Mais tout dépend de ce que l’on veut dire par « soulever le monde ».

 

Il n’y a rien que je puisse faire pour me démarquer ?

Se démarquer… Si tout le monde est différent alors tout le monde se ressemble ? Il y aurait-il un équilibre ? Se démarquer de quoi ? De qui ? Pour quelles raisons ? Comment ? Dans quel sens ? Quel domaine ?  Je pense que si les raisons sont convenablement bonne, et que la volonté et le courage sont là, alors se « démarquer » est tout a fait envisageable.

 

Il n’y a rien que je puisse faire pour changer le regard des autres sur moi ? 

Si je veux que le regard des autres a propos de moi change, je commencerait par changer moi-même. Montre le chemin aux autres. Si tu veux qu’ils t’aiment , aime toi d’abord -cela semble cliché, mais si tu t’aimes, tu as confiance en toi, et la confiance se ressent. Les gens aiment les gens confiants- . Si tu veux qu’ils ne t’aiment pas, comporte toi bizarrement -selon leur définition du bizarre- et différemment d’eux. C’est très simple. Mais bon, ce qui est encore plus simple c’est d’accepter qui l’on est. Nous n’avons pas besoin de s’occuper du regard des autres. C’est beaucoup trop de stress et de tristesse parce que parfois c’est juste trop dure a supporter. S’en foutre n’est pas chose facile a faire, quasiment impossible, parce qu’alors cela impliquerait que tout ce que les autres pensent et disent -négativement parlant- à notre sujet ne nous affecte pas du tout. Personne n’est complètement insensible, même s’ils le prétendent. Et dire que nous n’avons besoin de personnes pour vivre, c’est de se mentir grossièrement a soi-même. Je pense que s’isoler totalement socialement c’est de courir a sa perte. Cette chose appelé  » Comédie social  » est nécessaire. Cependant celle-ci laisse trop souvent place a l’hypocrisie la plus vile.

 

Il n’y a rien que je puisse faire pour changer les mentalité ?

Pourquoi changer les mentalité des gens ? Peut-être que c’est moi qui suis dans l’erreur. Peut-être que c’est ma mentalité qui est frein, qui ne va pas. Mais mon arrogance me pousse a penser que comme ces gens ne pensent pas comme moi, se conduisent différemment de ce que je pense être convenable et qu’il se complaisent dans ce comportement, c’est alors eux qui ont un problème et pas moi . Foutu arrogance. Pourquoi toujours vouloir changer les gens ? Pourquoi toujours vouloir faire aller les gens dans le sens que l’on veut ? Pourquoi ne pas juste s’adapter et vivre avec ? Ce n’est pas facile et ça demande un important travail de tolérance. Ce n’est pas facile.

 

Il n’y a rien que je puisse faire pour changer ?

Le changement n’est pas toujours bien. Toutefois dans le soucis de faire évoluer les choses ce serait envisageable. Mais l’évolution est-elle nécessaire ? Dans toute chose  -du moins pour l’évolution- nous prenons le modèle de notre propre évolution physique, si on se base sur le modèle scientifique. Ou pas ? Une fois que l’on commence a changer, on ne s’arrête plus. Le changement n’a pas de limite, parce qu’à un moment, on ne trouve plus que c’est suffisant, on ne voit plus la chose du même angle, donc on veut l’améliorer, la changer. Cercle vicieux.

 

Il n’y a rien que je puisse faire pour les choses que je trouve injustes ? Il n’y a rien que je puisse faire pour faire bouger les choses ?

Je pense que je peux faire ce que je veux, absolument tout, mais il faudra juste en assumer les conséquences, et c’est de ça d’après moi, que la plupart des gens ont peur. Ce que tu trouves injuste, les autres ne le voit peut-être pas comme ça. Dès lors il faut avoir le courage d’élever sa voix, de se faire entendre, de mettre sur table ses arguments, de faire en sorte que tu arrives a un résultat satisfaisant.. Mais bon ça n’arrivera peut-être jamais, je pense que ça n’arrivera jamais, ce résultat « satisfaisant ».

 

Il n’y a donc rien que je puisse faire pour être pleinement épanouie ? Qu’est ce que c’est qu’au fond qu’être épanouie ? Etre heureuse sur tous les plans ? Mais le bonheur qu’est ce que c’est ? Est ce qu’il faut nécessairement que le malheur cesse d’être pour être heureux ? Mais sans le malheur comment prendront nous conscience de ce bonheur la ? On se lasse trop vite, on néglige trop vite les choses pour lesquelles on aurait pu remuer vents et marrées afin de les obtenir. On oublie l’importance de ces choses. On oublie la sensation dans laquelle elles nous mettaient en y pensant, au début.  Ces choses… On oublie le bonheur, on oublie la joie, parce qu’on en veut toujours plus, c’est pour ça que nous ne serons jamais épanouis, parce que l’on n’en aura jamais assez. On aura beau demander tout le bonheur possible, quand bien même on l’obtiendrait, on l’userait tellement vite. Il nous en faudrait donc plus. Et qu’est ce que l’épanouissement sans bonheur ? Le bonheur est  basé sur des choses trop futiles. Comme les futilité ne font que se réinventer, il y en  donc toujours plus ; « -Qu’est ce qui te rendrait heureux ? – Oh ! Avoir cela, avoir ceci, avoir ca et aussi ça tiens ! Ouai, je serai tellement heureux avec » . La vérité c’est que tu ne seras jamais heureux. Nous sommes trop présomptueux et superficiel. Le malheur. Il n’a pas un rôle très facile. Tout le monde le hait, tout le monde le fuit. Pourquoi ? parce qu’il nous rappelle que la vie n’est pas comme on l’imaginait, n’est ps un long fleuve tranquille, n’est pas aussi futile et idéale que l’on pensait. Il nous frustre alors. Il nous remet les pieds sur terre violemment et nous rappelle les vraies préoccupations. Sans demander notre permission il vise à nous rendre plus sage, plus réfléchit, plus fort. Nous n’avons plus le contrôle. Les plus solides décident pour ne pas totalement le perdre se contrôle,  d’aller dans le sens de ce malheur, et en se relevant, de tirer partie de ce qu’il leur a appris. Les moins solides s’effondrent et s’insurgent de ce mauvais sort. Il n’y a donc pas d’épanouissement total. L’Homme est un éternel insatisfait. Malheureusement.

La vie est un paradoxe. Tu ne peux pas avoir le bon sans avoir le mauvais… Dans l’autre sens je ne sais pas.

 

Je parle à comme si j’avais compris la vie, etc. mais pas du tout. Je dis juste ce que je pense sur le coup. Ça doit sortir c’est tout. Tu n’as pas raison, je n’ai pas raison. Qui peut dire qu’il a raison sur des sujets aussi abstraits ? Personne d’après moi. Chacun a  son point de vue. Soyons libre de s’exprimer.

7 juillet, 2014 à 8 h 47 min | Commentaires (0) | Permalien


That one scar

Qu’est ce que j’ai sur le coeur ? Je n’en sais trop rien. Ce que je sais c’est que parfois c’est un handicap, parfois c’est un échapatoire, fantastique, pleins de sens et apaisant.

J’essaie de laisser mes émotions me submerger de temps en temps. Ça ne m’arrive plus depuis que j’ai arrêté de « l » ‘aimer. Ce n’est plus aussi agréable. Je pensais que quand l’amour s’en allait la passion subsistait. J’avais tort.

J’étais capable de passer des heures – pas tant que ça, mais tout de même – à écrire ce que je ressentais à son sujet(même si je trouve ça incroyablement niais d’écrire son amour), ce que je pensais, le dénie dans lequel j’étais face a cet amour grandissant, de plus en plus oppressant, la prise de conscience, l’acceptation. Cette dernière étape a été le début de la fin.

Le début de la fin de mes sentiments. Une fois que j’ai accepté et en ayant pleine conscience de la relation strictement amicale que j’avais avec cette personne, je me suis dit qu’il serait mieux d’arrêter avant de vraiment avoir mal à cause d’un réel rejet. Ça a marché, petit à petit, jour par jour, parfois avec de petites remontées désagréablement agréables de ce venin qui me perturbait, je ne céda pas, je ne luttais pas non plus – ce serait trop extrême- mais, je ne me laissais pas faire, et finalement j’ai réussi à contrôler tous ces jets qui auraient pu compromettre mon amitié. Ça a marché.

Je l’aimerai toujours de la manière la plus douce et tendre possible, mais pour moi ce ne sera toujours que mon amie et c’est en tant que tel que je l’aimerai.

 

7 juillet, 2014 à 0 h 32 min | Commentaires (0) | Permalien


A vrai dire, c’était génial.

Je pense que j’ai la meilleure amie qui puisse exister hahah. On se comprend bien, nous sommes sur la même longueur d’onde spirituellement comme intellectuellement. On peut appeler ça un coup de foudre Amicale. Oui, c’est bien ça . Depuis 3ans qu’on se connait, on a pas eu besoin d’autant de temps pour s’en rendre compte, dès la première année c’était évident.

La je n’ai rien a dire. Je ne suis pas d’une humeur particulièrement enjouée, cependant je me sens bien.

Je viens d’avoir une petite dispute avec une amie. Ça ne m’amuse pas, mais ça m’amuse. La manière dont je règle ça, c’est assez spéciale. Les disputes soudent une relation n’est ce pas ? Voila. J’aime ça.

Je ne sais même pas ce que j’écris ni pourquoi. Mais une chose est sûre, je suis bien entrain d’écrire.

reve

Je me sens bien.

 

Cette nuit j’ai fait un rêve. Un rêve qui combinait pleins d’autres petits rêves indépendants (il y avait peut-être un lien entre eux. Forcement je dirais, mais je ne peux pas me souvenir de cela).

- Dans le premier (du moins, le premier dont j me rappelle), j’étais assise dans le métro (je crois), et a coté de moi, un jeune homme vraiment mignon et gentil. Ellipse. On s’embrasse tendrement et passionnément. wow. Ces lèvres étaient vraiment douces et sincèrement, je pense que c’était le baisé d’une vie. Lorsque je me suis réveillée, même si c’était l’un des premiers rêves que j’ai fait, j’avais pour souvenir ce baisé, et je voulais me rendormir pour continuer. Malheureusement, comme ça n’arrive jamais…

-Dans un des suivants, je me retrouve a faire une escapade dangereuse et risquée dans mon école, -qui en passant, était tellement différente de mon école actuelle-, avec quelqu’un. Nous devions faire je ne sais pas trop quoi, mais on s’introduisait dans des tuyaux et on a fini sur le toit. La seconde d’après je marchais dans une rue -je crois que c’étaient les champs Elysées mixés avec une avenue de la ville où j’ai vécu quand j’étais toute petite – les vieilles personnes y jouaient de la pétanque-. Je marchais alors avec cette amie quand je croisa Harry Styles -j’aime beaucoup les One Direction, oui-. Ce n’était pas la première fois, donc je lui parlais un peu plus familièrement -c’était la 2e fois, et la 1ere fois, il me semble que c’était dans un des petits rêve du rêve même, ou dans un rêve d’une autre nuit-. Il était avec son neveu. Je ne sais pas par quels moyens, mais quelque chose nous prenait en vidéo et ça tombait super bien puisque je voulais prendre une photo avec lui, mais quelque chose de supérieur m’en empêchait. Bref, quand je me suis rendu compte de cette enregistrement vidéo, mon amie m’a tirée pour que l’on parte et Harry a commencé à avancer a son tour. Je me suis retournée, et sur une table, a coté de moi -apparue de nulle part-, se trouvait un ordinateur portable où la page mail de ce cher Styles était ouvert. Sans mentir, j’ai voulu le pirater, mais j’ai eu la flemme -pour vrai-.

-Ensuite, je me retrouve dans un bungalow avec pleins de gens. Des inconnus, appart une amie (celle avec qui je me suis disputée). Je ne sais plus pourquoi on ne se parlait pas, mais j’ai commencé a sympathiser avec une fille. Nous somme devenues assez proche instantanément ; nous nous sommes dit bonsoir, avons eut une petite conversation et déjà que nous flirtions -gentiment-. Je mettais mon bras autour d’elle et lui murmurait des choses. Elle avait l’air d’apprécier. C’était sympa. Elle était sympa et jolie. Tout était très simple et innocent. Rien de suggestif ni d’osé. Il y eut quelque chose qui commença à se passer, mais je me suis réveillée. -MERDE !-

C’était une bonne nuit. Je pense qu’elle a conditionné ma journée. Mais tout de même, quand tu prends conscience que tout ce qui s’est passé n’est qu’un rêve et que tu compares réalité et rêve, tu te te rends vite compte compte que la vie craint.

J’aime ces petites escapades qui te sortent de la vie de tous les jours en te présentant une réalité différente, pas si abstraite que ça et que l’on pourrait toucher du bout des doigts. Je trouve ça apaisant et réconfortant.

Je me sens bien.

Par la suite je me réveille, et je prend conscience que tout ça n’était qu’un rêve et de comment la vie est compliquée -en grande partie parce que nous choisissons de la rendre ainsi- à cause de la peur que nous éprouvons, de tous les tabous que nous nous posons, des responsabilités, et des millions d’autres raisons. Et la, je me sens moins bien.

Je me sens moins bien.

Je vais juste faire le vide et regarder des films ce soir.

Je me sentirai mieux.

Je voulais écrire encore, mais je sens que c’est ma limite pour ce soir et honnêtement, comme ce que j’ai dire ne cadre pas avec ce que je viens d’écrire -même si dans ce que je viens d’écrire je parle de 6 millions de choses différentes- j’ai la flemme de commencer un autre « article » et de créer une catégorie, de plus je suis dans une position peu confortable en ce moment précis. Ce sera pour une autre fois.

 

Pas de Franck Ocean pour moi ce soir. Du moins pas dans mon programme. Toutefois, comme on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, qui sait ?

5 juillet, 2014 à 0 h 25 min | Commentaires (0) | Permalien


early morning’s toughts

Encore une fois je pense. Il est 02h23, et je suis bizarrement en paix avec mon moi.

* Baby you’re my bedtime story *

Et j’ai faim. Mais je n’espère vraiment pas aller manger. J’essaie ce nouveau truc tout récemment apparu ; le régime. He oui, et c’est pas facile, parce que, « basically », je suis la affamé et il y a un paquet de cookie et deux de chips…

How hard will life be until my body learns to burn fat quickly ?

Im fucking starving , wow.

 

Souvent je fais ça, écrire en français puis soudainement en anglais. C’est parce que je pense dans les deux langues constamment, du coup j’écris et je parle comme tel. Ça agace ma sœur, donc je me demande si ça agacerait quelqu’un d’autre .

J’ai toujours été très indécise.

Des millions de choses me traversent la tête en même temps , donc souvent, je passe d’une chose a une autre sans aucun rapport (du moins pour les autres, parce que dans ma tête, il y a un lien logique a ce changement de sujet), et il faut absolument que ça sorte, alors j’en parle en gardant un vin espoir que je pourrais revenir au sujet que j’abordais avant, mais comme c’est un schéma sans fin, je perds totalement le fil de mes idées et me retrouve a parler de quelque chose de vraiment très éloigné du sujet de base. Je ne sais pas si j’ai été clair.

ça ça ça ça ça ça ça…. Beaucoup de ça.

Je vais aller boire de l’eau en espérant que cette impression de faim me quitte et dormir. Ça me fera du bien.

Je ne sais pas pourquoi je raconte ça. C’est vraiment étrange.

 

3 juillet, 2014 à 2 h 44 min | Commentaires (0) | Permalien


Franck O.

 

 

 

mister O.  fanck

 

 

Je suis retombée dans ma phase « Franck Ocean« . Je suis donc allée écouter ses chansons sur Youtube, un mix de ses chansons. En même temps j’étais sur son Tumblr. Et je me suis mise à penser, à penser, et encore penser, trop penser. En général, je n’aime pas ça, trop penser. Ça me rappelle beaucoup trop de choses. Des choses que je préfère oublier.

« Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai.

tel est l’effet que tu me fais.

Que tu me faisais.

Parfois, j’aimerai te dire toutes ces choses.

Toutes ces choses que j’ai sur mon cœur.

Toutes ces choses que tu m’inspires.

Toutes ces choses…

Je ne te les dirais probablement jamais.

Tout simplement parce que elles sont restées enfouies.

Tout au fond de moi. Tout au fond de mon cœur.

Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai.

Parfois, je me dis que c’est mieux comme ça.

Qu’est ce que ce serait devenu sinon ?

Tout ce que je n’aime pas,

Tout ce que j’aime,

C’est Toi.

Non, ce n’est pas vrai. Ce n’est plus vrai.

Tout ce que je n’aime pas,

Tout ce que j’aime,

C’était toi.

C’est bien mieux.

C’est bien mieux comme ça.

Maintenant c’est impossible de me répéter.

Maintenant c’est impossible de me répéter entièrement.

Tout ce que j’avais à dire je l’ai dit et je ne m’en souviens plus.

 

Je t’aimais. Tout simplement. »

 

Je me sens vide et en colère. J’hyperbolise (et je n’en est rien a faire si ce n’est pas un verbe) parce que je ne sais pas trop comment formuler en mots ce sentiment désagréable qui a jugé bon de s’installer en moi.

Je suis frustrée parce que j’avais tellement plus à dire.

J’étais inspirée, Franck O. m’a inspiré. C’est pour ça que j’ai voulu écrire. Honnêtement il n’y avait pas words sur cet ordinateur, et je voulais intensément mettre sur écrit ce que je pensais. Je me suis donc retrouvée ici. Mais je ne sais plus quoi dire. Tout ce que j’avais a dire, a décidé de s’en aller et j’en suis frustrée.

 

Je ne sais pas trop comment classer ce blog. J’y écrirai juste ce que je pense sans doute, je garderai l’anonymat et j’y posterai des photos parfois peut-être.

 

Si je fais des fautes d’orthographe…. J’écris avant tout pour moi.

 

2 juillet, 2014 à 23 h 14 min | Commentaires (0) | Permalien


Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Éditez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par e-mail à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

2 juillet, 2014 à 20 h 44 min | Commentaires (1) | Permalien